LES COMPAGNIES AÉRIENNES À BAS PRIX ET LA PROTECTION DES DROITS DES PASSAGERS

LES COMPAGNIES AÉRIENNES À BAS PRIX ET LA PROTECTION DES DROITS DES PASSAGERS

La popularité des compagnies aériennes à bas prix ne cesse de croître. Leur part de marché mondiale est de 30 %, soit deux fois plus qu’il y a 15 ans, selon l’IATA. Grâce à des prix bas et à un réseau de lignes attractif, les compagnies aériennes à bas prix connaissent une croissance presque deux fois plus rapide que les compagnies traditionnelles. Et ce, malgré le confort réduit des passagers et les éventuels vols annulés ou retardés associés aux bas prix. Tous les passagers ne sont pas pleinement conscients du fait que, dans ces circonstances, ils ont droit à une indemnisation pouvant aller jusqu’à 600 euros. Quels droits les passagers doivent-ils garder à l’esprit en ce qui concerne les compagnies aériennes à bas prix ?

Skytrax ne répertorie aucun transporteur à bas prix dans ses meilleures compagnies aériennes mondiales et les classe séparément, AirAsia, EasyJet et Norwegian étant les meilleures. Selon l’autorité polonaise de l’aviation civile, la compagnie aérienne la plus populaire de Pologne est Ryanair, qui a transporté 28,4 % de tous les passagers au cours du premier semestre 2019 (51,4 % de tous les passagers à bas prix), devant la compagnie nationale LOT – Polish Airlines, avec Wizz Air en troisième position. Malgré sa popularité, Ryanair est classée loin derrière les compagnies aériennes à bas prix les plus importantes au monde, sous l’influence, entre autres, d’un grand nombre de plaintes de passagers. Quels droits les passagers doivent-ils garder à l’esprit lorsqu’ils voyagent avec des compagnies aériennes à bas prix ?

« Les droits des passagers doivent être respectés quel que soit le type de compagnie aérienne avec laquelle ils voyagent. Le règlement (UE) n° 261/2004 régissant le paiement d’une indemnisation aux passagers couvre toutes les compagnies aériennes, y compris les compagnies à bas prix. Les compagnies aériennes diffèrent toutefois dans leur façon de traiter les délais de réclamation des passagers. Selon notre expérience, certaines compagnies aériennes, en particulier les compagnies à bas prix, ne versent une indemnisation qu’après que les affaires ont été portées devant les tribunaux. Avec deux ans d’expérience des procédures judiciaires, nous savons comment gagner contre les compagnies aériennes européennes », déclare Kamila Szczygieł, avocate pour GIVT, une société spécialisée dans l’indemnisation des passagers pour les vols annulés ou retardés et les refus d’embarquement des compagnies aériennes opérant en Europe.

Comment faire une demande d’indemnisation ?

Les passagers peuvent demander une indemnisation pour un vol perturbé (un vol retardé de plus de 3 heures à l’atterrissage ou un vol annulé moins de 14 jours avant la date de départ), ainsi que pour un refus d’embarquement pour cause de surréservation.

Pour faire une demande, les passagers ont besoin des documents et informations suivants.

 

 

Informations
Documents
Date et numéro du volDocument de voyage, par exemple passeport
Nom de la compagnie aérienneInformations sur les autres passagers (le cas échéant)
Aéroport de départ
Aéroport d’arrivée

En vertu du règlement (UE) n° 261/2004 sur les droits des passagers, le montant maximum d’indemnisation pour un vol retardé ou annulé est de 600 euros, mais il dépend de la distance du vol et de la destination :

 

Durée du vol et destination

 

Vol retardé ou annulé
Refus d’embarquement

 

Vols jusqu’à 1 500 km
€250
€250
Tous les vols jusqu’à 1 500 km dans l’UE
€400
€400
Tous les vols entre 1 500 km et 3 500 km
€400
€400
Tous les autres vols de plus de 3 500 km
€600
€600

Les passagers peuvent demander une indemnisation directement, mais les faits montrent que sans connaissances juridiques appropriées, cela est difficile. Il vaut donc la peine d’envisager les services d’une société spécialisée comme GIVT.

Pour demander une indemnisation :

Complétez les détails de votre vol sur www.givt.com. Les demandes sont vérifiées automatiquement.
Une demande est envoyée à la compagnie aérienne et le passager est informé du résultat.
Si la compagnie aérienne refuse de payer l’indemnisation, l’affaire sera portée devant les tribunaux avec le passager représenté par GIVT.

Vol perturbé – que faire et que ne pas faire ?

Lorsqu’un vol est annulé ou qu’il y a un retard important, il est bon de savoir ce que vous pouvez faire pour votre confort et votre aisance sans perdre votre droit de demander une indemnisation. Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des recommandations les plus importantes :

conservez votre confirmation de réservation, votre billet et votre carte d’embarquement
trouver la raison de l’interruption de vol
si le vol est annulé, demander au transporteur les repas, les boissons et l’hébergement à l’hôtel
ne signez aucun document dans lequel vous renoncez au droit à une indemnisation, par exemple en échange de réductions sur les vols ou de bons
si le vol est retardé de 5 heures, demander le remboursement du billet
si l’embarquement est refusé, demander un autre vol et une compensation financière
Conservez tous les reçus des achats de produits de première nécessité tels que la nourriture ou les boissons

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

À propos de l’auteur

Billet-avion.org administrator

    Laisser un commentaire